2017

Pour aborder le thème « ma ville », je me suis plongée dans mes souvenirs d’enfance. La petite cité médiévale de Saint Léonard de Noblat en Haute-Vienne, berceau de ma famille paternelle, s’est dotée en toute irréalité, de palais, murs vertigineux, clochers qui se répètent à l’infini, reflets dans une rivière imaginaire…

Sur un plan purement plastique, j’ai continué ma recherche sur les superpositions de gravures, qui ici, viennent servir la profondeur des perspectives urbaines, mais pas seulement … j’ai tenté d’inviter à travers cette technique, poésie et mystère. Que cachent ces grands murs, quelles joies, quelles peines, quels secrets, quelles vies ?… à chacun d’inscrire sa propre histoire dans cette immense accumulation.

J’ai utilisé des encres à l’huile japonaises (Sakura), limitant ma gamme de couleurs aux seuls rouges, oranges, et bleus, favorisant ainsi l’unité picturale de la série.

Quant au support, toutes mes impressions sont réalisées sur papier de soie pour privilégier la transparence, mais aussi parce qu’il y a une alchimie bien particulière qui s’opère entre ce papier et l’encre, les textures picturales s’enrichissent d’une brillance et d’une intensité propre à cette rencontre-là.

Puisse cette évocation des vieilles pierres de nos cités d’antan, nous relier aux hommes et aux femmes du passé, à travers la richesse de notre magnifique patrimoine commun.

Fermer le menu